Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 21:47
Après avoir sillonné quelques labels obscurs, le trio londonien Rameses III semble avoir jeté l'ancre chez Type depuis sa collaboration avec The North Sea.
Retour aux (grandes) affaires personnelles avec ce I could not love you more qui regroupe incontestablement quelques-unes des plus belles pages ambient écrites cette année. Mais pas uniquement.
Car si le délicat et majestueux morceau-titre me fait d'ores et déjà dire que Stars of the Lid a trouvé là son plus digne concurrent, Rameses III se distingue de l'ambient ample et organique d'Adam Wiltzie et Brian McBride par sa capacité à y injecter d'autres composantes.
Ainsi les éléments aqueux et le caractère bucolique des guitares sèches croisées sur Cloud kings et No water, No moon renvoient aux égarements méditatifs en milieu naturel de Mountains.
Les guitares sont ici très présentes, et qu'elles dessinent des lignes claires réverbérées, soient slides, se brouillent ou se distendent (voire tout ça à la fois, sur le magnifique The kindness in letting go, avec son esthétique 4AD qui lui colle à la peau), elles font preuve d'une soif inextinguible des grands espaces.
Quant aux arpèges déliquescents qui pleuvent sur We shall never sing of sorrow, ils semblent avoir passé leur vie dans le brouillard et l'humidité du North Yorkshire, et s'accomodent très bien de choeurs qui confèrent à l'ensemble une légère dimension mystico-spirituelle (sans pour autant verser dans l'ésotérisme de pacotille)
Parfois, cette ambient de haute volée s'aère, ménageant ainsi des espaces qui laissent émerger un banjo rêveur (No water, No moon), une guitare acoustique aussi libre et posée que celles de Phelan & Sheppard ou de James Blackshaw, engageant un dialogue avec un piano électrique lacustre (Across the lake is where my heart shines).
Sur le caudal All shall be well, des notes flûtées de Mellotron n'ont de cesse d'osciller, au point de givrer tout repère spatio-temporel,  puis des choeurs volatils et mutants, ainsi qu'un tapis de basses viennent infiltrer cette matière pour l'ennoblir.
Voilà en somme de quoi faire de cet album le plus recommandable du catalogue Type 2009.
[8.5]
Sébastien Radiguet

Tracklist

01. We Shall Never Sing Of Sorrow (8:43)    
02. Across The Lake Is Where My Heart Shines (6:31)    
03. Cloud Kings (6:50)    
04. No Water, No Moon (6:53)    
05. The Kindness In Letting Go     (7:16)    
06. I Could Not Love You More (10:21)
07. All Shall Be Well (11:19)

Durée : 57'55
Sortie : septembre 2009
Label : Type

Partager cet article

Repost 0
Published by ondefixe - dans CHRONIQUES ALBUMS
commenter cet article

commentaires

Recherche

Wikio - Top des blogs - Musique
http://www.wikio.fr

Archives

Articles Récents