Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2007 4 26 /07 /juillet /2007 22:45
Parmi les plus illustres identités adoptées par Matthew Dear (et les plus dévastatrices aussi), il y a Audion et son électro percutante qui engloutit tout sur son passage. Mais lorsqu’il assume pleinement son nom de baptême, Matthew devient soudainement plus charnel, moins incisif. Il promène alors sa techno au pays d’une pop décomplexée, chantée d’une voix grave et détachée, démultipliée et dénaturée au point de souvent ressembler à celle d’une de ses idoles, David Bowie. Un ayant vite fait de conduire à deux, Matthew Dear ne se prive pas de clins d’œil furtifs en direction de Prince (Shy, Good to be alive).
Qu’elle soit groovy et ludique à souhait (Elementary lover et sa cocotte funky), primesautière jusque dans le titre (Don & Sherri, Pom Pom), ou dotée de rebonds élastiques qui donnent le tournis (Will gravity win tonight ?), la musique de notre cher Matthew ne dépareillera pas sur le dancefloor. Aussi serait-on tenté de lui reprocher un petit excès de superficialité sur pas mal d’attributs, et de le préférer dans ses tentatives de réchauffement, comme sur Deserter qu’il parsème de morceaux de lune, délaissant ainsi la piste de danse pour celle aux étoiles. C’est également avec une réussite certaine qu’il se positionne derrière une guitare sèche pour livrer en fin de soirée un pop-folk lui aussi tourné vers les astres (Give me more), sinon la tête dans la fumée de cigarette (Midnight lovers).
De danse, aux étoiles, brouillées : Asa breed est une histoire de pistes.
(7.5)
Sébastien Radiguet
 
Ghostly international / PIAS
 
Sortie le 5 juin 2007
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by ondefixe - dans CHRONIQUES ALBUMS
commenter cet article

commentaires

Recherche

Wikio - Top des blogs - Musique
http://www.wikio.fr

Archives

Articles Récents