Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2007 6 07 /07 /juillet /2007 00:21
Nomade dans l’âme, la suédoise Joanna Wedin a au gré de ses diverses escapades fait des rencontres déterminantes, à commencer par celle du parisien Dorian Dumont, devenu depuis lors l’inséparable collaborateur de la demoiselle.
Depuis les échos favorables survenus suite à son apparition sur la compilation CQFD des Inrocks en 2004 et la signature du chouette single Snowing dowtown chez Nacopajaz l’année suivante, les saisons ont passé et la fleur de Mai est arrivée à maturité.
Album sensuel et rêveur, Still need a kiss pourrait s’assimiler à une réincarnation moderniste (sous perfusion synthétique donc) de Mazzy star, This mortal coil, ou plus généralement de l’école 4AD première génération. Mais au gré des titres, les références s’égarent et se font moins nettes. Dans son versant le plus pop, notamment lorsque Joanna s’imagine Like in a film, c’est du côté du Virgin Suicides de F.F.Coppola que vous croiserez sa pensée. Par contre, sur les titres les plus implicitement enneigés (Snowing downtown, Voices from the north, et bien d’autres…), la belle de Mai emprunte à l’électronica nordique ses nappes givrées, ses feux de camp numériques et ses cliquetis horlogers, sans pour autant se perdre dans les méandres de l’abstraction, préférant conserver une ligne directrice mélodique (davantage basée sur le tissage d’ambiance que sur l’accroche, soit dit en passant) et soigner son chant appliqué. Un chant auquel on pourrait reprocher d’être trop parfait, qu’on aurait aimé plus écorché. Ce timbre de voix vaporeux n’est pas sans rappeler celui croisé chez Gregor Samsa, dont Mai pourrait constituer une version dégarnie et moins épique, où les guitares orageuses auraient cédé du terrain à des synthés oeuvrant sous un ciel dégagé. De ciel et d’étendue il est ici question, dans ce disque qui dans sa manière d’allier pop éthérée, électronique discrète et folk hivernal, fait écho au récent Sol Seppy (avec une dose de turbulence et de profondeur affective en moins).
Une belle sucrerie givrée venue de là-haut en somme.
(8.0)
Sébastien Radiguet
 
Nacopajaz / Discograph 
 
Sortie : 4 juin 2007
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by ondefixe - dans CHRONIQUES ALBUMS
commenter cet article

commentaires

Recherche

Wikio - Top des blogs - Musique
http://www.wikio.fr

Archives

Articles Récents