Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2007 7 03 /06 /juin /2007 22:58
Pourquoi jouer des infidélités à un lieu d’enregistrement / recueillement comme les mystérieuses forêts de Suède ? Depuis ses récents débuts (en 2004, déjà chez City centre offices), Henrik Jonsson se complaît (mais nous ne lui reprocherons pas) à retranscrire les impressions laissées par ce décorum emprunt d’étrangeté et de mysticité.
Au fil des ans, Henrik semble développer sa double compétence de faiseur d’ambiances et de mélodies, ces dernières se faisant de plus en plus proéminentes, dessinées par des claviers analogiques issus des meilleurs millésimes, et qui confèrent au disque ses allures de bande son pour une odyssée de l’espace (ce ne sont pas les titres Copyright the universe – ambiant sous pulsation cardiaque - et Do the astrowaltz qui le démentiront) ; un peu comme ce fût le cas en son temps sur les premiers enregistrements d’Isan.
Mais on trouve ici une approche un peu plus contemporaine, ne serait-ce que dans le traitement du son, poussiéreux, granulaire, parcouru d’un léger souffle parasitaire quasi-permanent, et l’incorporation d’éléments acoustiques comme la guitare ou le piano.
De part la brièveté de certains morceaux qu’on aurait aimé voir s’étendre, on peut ressentir une certaine frustration face à un potentiel insuffisamment exploité. De la même manière, on pourrait être tenté de reprocher un certain manque de cohésion, mais on préfère s’abstenir parce qu’entre trip-hop débarrassé de toute connotation péjorative (Giftwrap yourself, slowly), dérives exotiques joliment rythmées (Cubical fever), intermède assuré par un piano égaré dans les cieux (En hyllning till cyckeln), et exercice réussi de confrontation des nappes Enoesques et du piano d’Harold Budd (Vongar av svard), Henrik Jonsson s’en sort avec les honneurs. Et ce, même si il est à deux doigts du mauvais goût sur le trop apprêté Pappa! Min Kärlek Är Gravid qui sonne un peu comme une démo de synthé.
Mais restons aveugles sur ce bémol, et laissons nous aspirer par la singularité des ambiances narcotiques de ce tabac-là.
(8.5)
Sébastien Radiguet
 
Sortie : 29 mai 2007
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by ondefixe - dans CHRONIQUES ALBUMS
commenter cet article

commentaires

Recherche

Wikio - Top des blogs - Musique
http://www.wikio.fr

Archives

Articles Récents