Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 21:52
Un peu à l'image de Yellow6, Mark Beazley est de ces artistes qui mènent leur projet (Rothko en l'occurrence) avec une cadence diabolique, accouchant par là même d'une discographie nécessairement pléthorique et éparpillée. Quoi de plus normal et bienvenu donc que ce spicilège regroupant une vingtaine de titres, au mieux disséminés dans des recoins inaccessibles, au pire parfaitement introuvables. C'est ce à quoi s'attache A life lived elsewhere, travail de collecte rétrospective publié chez Trace recordings et résumant bien l'univers du gaillard.

Ici il est évidemment question de vastes espaces d'expression pour basse et guitare, qui aiment à se perdre dans une toile de nappes, et tissent des motifs impressionnistes que viennent embellir harmoniques et bruits blancs. N'étant pas du genre à faire étalage d'une quelconque technicité tape-à-l'oeil, Rothko est de ces formations pour qui une note sans la résonnance et le silence attenants n'est rien, et qui perd de son sens sans les glissements de doigts qui l'accompagnent et sans les flexions de cordes qui lui donnent sa couleur. Cet éloge du minimalisme transparaît particulièrement bien dans la première moitié du disque, parfaite bande-son au Gerry de Gus Van Sant, évoquant notions d'abandon, d'isolement, de perte de repères, avec tous les instants d'angoisse passagère que cela peut impliquer. Et puis, les années passant, le doigté s'affirme, les lignes se font plus éloquentes, nous remémorant au passage les belles heures d'Aerial M (Windows Doors And Other Openings), voire celles de Bedhead (Light Traces). Pour éviter toute linéarité, Rothko s'attache à introduire doux crissements et distortions (Forty Years To Find A Voice), dissimule derrière des brumes opaques des lignes habitées de la bonne vieille nostalgie chère à Acetate Zero (Exits Into Open Spaces), agrémente sa palette sonore de bruitages aquatiques, traits d'orgue et notes cristallines (Sharps Box), ou bien encore de samples naturalistes et champêtres, qui appariés à ces volutes de notes inversées, nous mènent à un résultat du plus bel effet. Un panorama méditatif.
[8.0]
Sébastien Radiguet

Tracklist

01. Suddenly Becomes Light                                           
02. Umber                                                               
03. Undone                                                             
04. To Silence In Sound                                                    
05. Truth Burns
06. Forty Years To Find A Voice                         
07. Windows Doors And Other Openings                      
08. Sky Blue Glow                                                             
09. Exits Into Open Spaces                                              
10. Red Yellow Blue                                                          
11. Light Traces
12. Sharps Box                                                                  
13. St. Seno
14. 291
15. Zurich Trains                                                    
16. Nights Air
17. Not Gone. Not Forgotten.                                           
18. Fugue                                                               
19. No Space Between                         
20. Breaking The Fall

Label : Trace recordings / dbds
Sortie : 2007

Partager cet article

Repost 0
Published by ondefixe - dans CHRONIQUES ALBUMS
commenter cet article

commentaires

Recherche

Wikio - Top des blogs - Musique
http://www.wikio.fr

Archives

Articles Récents