Trois ans après le très bon Silver thread of ghosts, album placé sous le signe de  la mémoire et du voyage, l'irlandais Thomas Haugh que l'on a autrefois croisé de manière furtive chez Melodic, Expanding et Static Caravan, a renouvelé son contrat avec les locaux d'Osaka pour ce Rise of a mystery tide.

Là où son prédécesseur charmait par la variété de ses cartes postales sonores, alternant ambient rêvasseuse avec douces vignettes mélodiques légèrement enlevées, Rise of a mystery tide pêche par son unité de ton trop prononcée, se détournant intégralement vers une ambient hautement organique et délayée.
S'écoutant comme un tout nécessitant l'investissement intégral de l'auditeur, cet album s'apparente à une symphonie diffuse, lâche et traînante, jouée dans un lointain vague par une section de cordes, quelques cors, bassons et clarinettes. Ce petit orchestre, lové dans un voile de brume s'amalgame en profondeur dans un tissu de drones concocté par Thomas en personne, où règnent orgues, guitare jouée au archet et petites trouvailles sonores.

Dépourvu de contours nets et d'ossature rassurante, cette œuvre invite irrémédiablement çà la perte. De perte il est également question dans l'artwork signé Grégoire Dalle, dévoilant un univers pour le moins tordu et torturé, dans lequel des hybrides de monstres et de plantes spongieuses, des bribes de textes pessimistes et résignées.
(7.5)
Sébastien Radiguet


Osaka / import

Tracklist

01. We the burning night
02. Another Icarus
03. The ruin bell
04. Empress moon
05. The gate of Orion
06. Capricornus
07. Song for a sleeping giant
08. Sending armadas
09. Golden bow
10. We the gathering stars
11. Century swell

Durée : 45'38

Sortie : mai 2008

Plus+
L'espace MySpace de Hulk
Le site officiel du label Osaka
L'espace MySpace du label Osaka
L'espace MySpace de Grégoire Dalle
Voir les 0 commentaires
Publié dans : CHRONIQUES ALBUMS
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés